Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Sète : le bateau Odeep veut produire 1 million de bouteilles de solution hydroalcoolique par semaine

toutfilmMarch 23, 2020

Le navire, amarré à Sète, est spécialisé dans l’embouteillement de l’eau des profondeurs. Il peut  produire, en très grand nombre, une solution désinfectante. Il manque – juste – un accord de l’Etat.

Si tout va bien, le port de Sète va devenir le plus grand producteur de solution hydroalcoolique de France. Un million de bouteilles (de 600 ml) de ce produit désinfectant, une des armes contre la propagation du coronavirus, y seront produites dans la semaine par le bateau Odeep One.

Ce navire, de la compagnie française OFW SHIPS, est le premier à pouvoir embouteiller de l’eau issue des profondeurs pour la consommation humaine. Après deux rotations, l’Odeep One est resté à quai pour des travaux d’amélioration. Puis est arrivée l’épidémie.

Le bateau a 3 millions de préformes de bouteilles en stock

“Le grand problème pour les producteurs de solution hydroalcooliques, aujourd’hui, ce sont les bouteilles. Ils sont déjà en surcapacité et n’ont plus de contenants qui viennent pour la plupart du temps de Chine”, explique Régis Revilliod, le patron de la société. “Nous, à bord, nous avons trois millions de préformes de bouteilles épaisses et on s’est dit qu’on pouvait s’en servir pour ça. On n’a qu’à les former à bord et on peut en commander de nouvelles autant qu’on veut”.

Un million de bouteilles par semaine

Contact a donc été noué avec le Ministère de la Santé pour cette proposition de services, qui a été bien entendu acceptée dans la foulée. OFW SHIPS et son bateau, qui peut embouteiller 24/24, font désormais partie du pool gouvernemental “stop covid-19”.  Et s’apprête donc à produire un million de bouteilles par semaine soit environ 500 palettes (en comparaison, LVMH n’en produit que deux sur la même période). Le prix de vente sera fixé par l’Etat. La distribution aura lieu dans les commerces. Une partie sera récupérée par l’Etat.

Intérêt pour la production de Saipol

Quant à la matière première, l’Etat vient d’en ouvrir les vannes en donnant l’autorisation d’utiliser les stocks d’éthanol et de bio éthanol. Des quantités que OFW SHIPS pensait en trouver, à moins d’un kilomètre de là, dans les cuves de Saipol. Mais la société, basée elle aussi sur le port est, elle, spécialisée dans la production de biodiesel à base de graines de colza. Et le biodiesel ne peut entrer dans ce cadre-là. En revanche, elle produit de la glycérine végétale brute, qui, une fois raffinée par d’autres industriels, entre dans la composition du gel hydroalcoolique.

Le financement traîne

Une fois les quantités livrées et le financement assuré par l’organisme Bpifrance – seul élément qui manque au dossier – le bateau Odeep One entrera en cycle de production. “On doit juste faire attention à la gestion et au stockage de la matière première hautement inflammable. On modifie donc le bateau en conséquence”, annonce Régis Revilliod.

Categories

Leave a comment