Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

L'écuyer du roi : que vaut le Game of Thrones pour ado de Netflix ?

toutfilmMarch 22, 2020

GAME OF FANTASY

Le départ de Game of Thrones , même s’il s’est fait en demi-teinte et a déçu de nombreux fans, a laissé un grand vide sur le petit écran. Impossible de dire qui réussira à prendre la relève fantasy dans le monde sériel tant les nouvelles propositions ne semblent pas en passe de convaincre un public aussi large et surtout pendant aussi longtemps que la série HBO.

Le The Witcher de Netflix a bien beau avoir été regardé en masse (selon les chiffres, un peu biaisés, de la plateforme), elle n’a pas réussi à pleinement convaincre les fans du genre, notamment à cause de son esthétique considérée par beaucoup comme cheap et pas à la hauteur. De son côté, HBO a tenté de relancer le tout avec His Dark Materials : À la croisée des mondes pour une aventure un peu plus familiale et plus moderne. Un choix un peu trop éloigné des standards attendus par le public a posteriori et pas ultra-convaincant au final.

Enfin, Amazon prépare sa série sur Le Seigneur des anneaux mais la série étant en difficulté avec le coronavirus et étant prévue pour 2021 au plus tôt, il va falloir patienter encore un bon moment. Du coup, la course à la succession du show de David Benioff et D. B. Weiss continue et Netflix a décidé de relancer les hostilités dans le domaine avec L’Ecuyer du roi.

 

Photo Amir Wilson, Jóhannes Haukur JóhannessonComparatif ambition : L’Ecuyer du roi à gauche vs Game of Thrones à droite

 

Avant de devenir une série hollandaise, la deuxième de Netflix après Ares (dont on parlait ici), L’Ecuyer du roi est un roman datant de 1962 et écrit par Tonke Dragt. L’adaptation Netflix raconte donc l’histoire de Tiuri, un jeune adolescent (il doit avoir environ 14 ans) qui est en pleine formation pour devenir chevalier (même s’il n’en a pas du tout envie). Lors de la veillée nocturne obligatoire avec ses autres camarades en formation chevaleresque, il se retrouve face à l’écuyer du plus grand chevalier du royaume qui lui demande de l’aide et lui balance une mission primordiale pour la sauvegarde du royaume : délivrer une lettre au roi.

Evidemment, les six épisodes vont donc tourner autour de cette quête et des multiples rencontres de l’adolescent, entre alliances, affronts et trahisons, durant son périple. Et tristement, la série ne prendra jamais vraiment son envol tant elle se révèlera peu inspirée et surtout peu inspirante pour tous les fans inconditionnels de fantasy.

 

PhotoUne bande de jeunes chevaliers en devenir

 

LE MONDE DE TIURI

En effet, difficile de trouver quelque chose de mémorable durant ces six épisodes de L’Ecuyer du roi, sorte de mélange de la quête des membres de la comunauté de l’anneau dans le premier film du Seigneur des Anneaux, des guerres politiques de Game of Thrones et surtout du récent Alex, le Destin d’un roi pour le côté enfantin (d’ailleurs l’acteur principal Amir Wilson y tenait un mini-rôle) voire du Monde de Narnia. Autant dire que toutes les épreuves et les embûches auxquelles vont se confronter le groupe de gosses ne va jamais prendre une tournure originale.

Dès son ouverture, la série met en place l’idée d’une prophétie un peu improbable (avec une sorte d’élu, comme toujours) et de guerres politiques entre trois royaumes. Des tropismes du genre heroic fantasy dont on a parfaitement l’habitude, et qu’il est dur d’éviter, mais qui, ici, ne deviennent jamais captivant ou ne serait-ce pertinent ou véritablement développés.

Ainsi, la prophétie est peu explorée et c’est finalement une séquence animée un peu opportuniste qui va tout remettre en contexte dans l’épisode 5 (un peu à la manière du passage dessiné du Conte des trois frères dans Harry Potter et les Reliques de la mort – 1ère partie). Au-delà, les personnages sont un amas de clichés entre le benêt, le clown, l’autoritaire, le garçon manqué, la jolie “princesse” et le chanteur énervant avec son luth (en mode Jaskier dans The Witcher ou carrément Assurancetourix dans les Astérix).

 

Photo Amir WilsonAmir Wilson incarne le héros et sûrement l’élu… à moins que ?

 

La série avance donc sans trop sourciller et sans vraiment se casser la tête. Elle a beau mettre en danger son héros face aux chevaliers rouge à plusieurs reprises (quasiment une ou deux fois par épisode), on ne craint jamais rien pour lui. Un twist en fin d’épisode 5 relancera les perspectives concernant l’élu prophétique mais jamais la création de William Davis ne mettra réellement en péril son groupe et leurs alliés (malgré quelques décès).

Si l’inquiétude n’est jamais de mise, c’est surtout parce que la grande menace du royaume, l’antagoniste principal incarné par Gijs Blom, est cantonnée à rester dans sa tente aux abords du palais royal pendant cinq épisodes et à décupler ses pouvoirs de magie noire en avalant des potions, tuant et ressuscitant des oiseaux ou balancer un regard noir à son assistant. Et ce n’est pas la confrontation finale entre lui et le groupe de jeunes héros, à proprement parler le climax le plus mou et rapide de l’histoire, qui va y changer quelque chose.

 

Photo Gijs BlomLe méchant le plus inintéressant de l’histoire de la fantasy

 

Alors évidemment, en visant un public d’adolescents voire enfants, L’Ecuyer du roi offre quelques petites réfléxions morales et éthiques importantes pour ces jeunes spectateurs par rapport à l’amitié, la solidarité, l’acceptation des autres… En revanche, et malgré une direction artistique assez réussie (les décors sont pas mal du tout, les effets spéciaux ça dépend), les plus grands vont vite se sentir délaissés.

Aucune profondeur politique ne sera développée, les dialogues sont d’une niaiserie terrifiantes et tous les passages sulfureux ou violents – aussi rares soient-ils – sont absents ou se déroulent hors-champ. Bref, tout ce qui faisait la force et a fait la renommée de Game of Thrones est balayé et édulcoré. Reste alors une simple oeuvre d’heroic fantasy qui pourrait être une porte d’entrée ludique pour les jeunes spectateurs, mais en aucun cas le digne successeur de la série HBO. A ce rythme-là, on va vraiment devoir attendre House of the Dragon.

L’Ecuyer du roi est disponible en intégralité sur Netflix depuis le 20 mars 2020

 

Affiche officielle

Categories

Leave a comment