Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Football : pour le TFC, il n’y a pas de petite victoire

toutfilmSeptember 16, 2020

l’essentiel
Le TFC a enfin débloqué son compteur de points après trois journées. Un seul certes, au bout d’un match sans but, mais les motifs de satisfaction sont présents.

Il en faut peu, au Stadium de Toulouse, pour raviver une flamme qui semble éteinte depuis longtemps. Voilà presque un an que les Violets n’ont pas levé les bras devant leur public, une éternité suffisante à éteindre la passion, et pourtant. Et pourtant, lundi soir, au sortir d’un 0-0 face à une équipe de Sochaux affaiblie par les absences (“On s’est déplacés avec nos joueurs valides, un groupe de 18, une équipe amoindrie”, préviendra Omar Daf, coach des Lionceaux), l’optimisme était de mise dans les rangs toulousains. D’abord parce que s’il n’y a pas de petite victoire, il n’y a pas non plus, pour le TFC, de petit match nul. Celui-ci rapporte un point, le premier après trois journées de championnat, et personne ne va cracher dessus.

“C’est rassurant, dans le vestiaire le coach a insisté sur le fait qu’on avait débloqué notre compteur et que c’était important pour la suite”, confirme le gardien des Violets. Un Maxime Dupé qui peut forcément se satisfaire de ne pas être allé chercher le ballon cinq fois dans ses filets, comme à Grenoble (2-5) lors de la précédente journée, et même d’avoir fourni à Toulouse sa deuxième clean sheet de l’année 2020.

Un état d’esprit retrouvé ?

Au-delà de l’aspect comptable et de ce point qui permet au TFC de sortir de la zone rouge (les Violets sont 17es), c’est surtout l’état d’esprit de l’équipe qui a dessiné des sourires sur les lèvres du staff. “Avant toute chose, je voulais du contenu”, martèle Patrice Garande. Sur ce point, le coach toulousain pourra se satisfaire de ce qu’ont proposé ses hommes, largement dominateurs (15 tirs), même si loin d’être efficaces (3 cadrés). C’est avant tout dans la volonté de jouer au ballon que le TFC a rassuré, avec un Amine Adli virevoltant en meneur de jeu, un Manu Koné de grande classe, et un Sam Sanna qui prend ses marques dans le couloir droit. Trois Pitchouns – sans compter Bafodé Diakité un peu à côté de ses pompes lundi soir mais dont on connaît l’énorme potentiel – qui ont prouvé que oui, il y avait du talent dans cette équipe.

Les recrues s’agrègent

Du talent, il en aura manqué un brin devant pour finir les actions, avec notamment un Koulouris à la peine.

Le Grec, peu en vue, a cédé sa place au Mancunien Rhys Healey, qui a amené sur la pelouse son art du combat très troisième division anglaise, tandis que le Belge Brecht Dejaegere faisait également sa première apparition en violet. Loins d’être parfaites, les entrées des deux hommes ont au moins servi à rappeler que l’effectif toulousain a largement évolué en peu de temps, et qu’il faudrait sans doute un peu de patience avant qu’il donne la pleine mesure de son potentiel. Les supporters toulousains sont-ils à quelques jours près ?

Categories

Leave a comment