Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Epidémie due au coronavirus dans le monde : l’Italie stoppe toute activité productive « non essentielle »

toutfilmMarch 22, 2020

Une supérette de Turin, en Italie, ouverte, le 21 mars.
Une supérette de Turin, en Italie, ouverte, le 21 mars. MARCO ALPOZZI / AP

La pandémie de coronavirus continue de ravager l’Italie où elle a fait, samedi 21 mars, près de 800 morts en 24 heures, soit un total de 4 825 décès. En réponse, le gouvernement a ordonné dans la soirée l’arrêt de toute activité de production autre que celle « strictement nécessaire, cruciale, indispensable pour garantir les biens et les services ».

Le premier ministre Giuseppe Conte a néanmoins assuré que les épiceries et les pharmacies resteront ouvertes, sans détailler la liste des activités « indispensables ». « Nous allons ralentir le moteur productif du pays mais nous n’allons pas l’arrêter », a-t-il promis.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a déclaré samedi qu’il ferait tout ce qu’il faut pour lutter contre le coronavirus, prévenant que « le pire est encore à venir », alors que le bilan de l’épidémie s’est alourdi dans le pays a plus de 1 300 décès et près de 25 000 cas de contamination. L’Espagne est le deuxième pays d’Europe le plus touché par l’épidémie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : en Allemagne, le faible taux de mortalité interroge
  • Nouvelles mesures de confinement

Le bilan mondial a dépassé les 12 000 morts samedi. Et plus de 900 millions de personnes dans environ 35 pays étaient appelées à rester chez elles, selon une base de données tenue par l’Agence France-Presse (AFP). C’est notamment le cas au Rwanda, où le gouvernement a décrété samedi le confinement de la population et la fermeture des frontières, un train de mesures parmi les plus draconiennes adoptées à ce jour en Afrique subsaharienne.

Le gouvernement britannique a, lui, demandé dimanche aux 1,5 million de personnes vivant en Angleterre les plus fragiles, identifiées par le NHS (service de santé public), de rester confinées pendant trois mois. Ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans ou souffrant de maladies chroniques, qui doivent rester chez elle, en Turquie, depuis samedi minuit.

Après le Venezuela – premier pays latino-américain à décréter un confinement général dès le 17 mars – et l’Argentine confinée depuis plus de 24 heures, la Bolivie sera en quarantaine obligatoire dès dimanche, suivie à partir de mardi par la Colombie.

Le gouvernement roumain a, lui, fermé ses frontières. Il interdit ainsi l’accès à son territoire à la plupart des étrangers « par quelque point d’entrée que ce soit ». Le ministre de l’intérieur Marcel Vela a toutefois ajouté que des exceptions pourraient être faites pour ceux qui souhaitent transiter par le territoire roumain, en utilisant des couloirs de passage à définir avec les pays voisins.

De son côté, le Qatar a décidé de renforcer ses « mesures de précaution » en interdisant « toute forme de rassemblement » dans les lieux publics, dont la corniche, les parcs ou les plages publiques.

Lire aussi « Les Nations unies doivent déclarer une guerre mondiale au coronavirus »
  • Des couvre-feux en vigueur

En Libye, le Gouvernement d’union nationale (GNA) a mis en place un couvre-feu nocturne et la fermeture des lieux publics. Au Koweït, le gouvernement a imposé un « couvre-feu partiel », de 17 heures à 4 heures, tous les jours à partir de dimanche, « sur tout le territoire ». Le pays, qui a enregistré 176 cas, a pris les mesures les plus drastiques de tous les Etats du Golfe.

  • Des nouveaux cas recensés

Deux premiers cas de coronavirus ont été recensés dans la bande de Gaza, a annoncé dimanche le ministère de la santé de l’enclave palestinienne.

L’Angola, l’Ouganda et l’Erythrée ont aussi confirmé de premiers cas de contamination, quand un premier décès lié à l’épidémie a été signalé en Mauritanie, alors que le virus se propage à travers l’Afrique.

Lire aussi « Le Monde Afrique » décrypte sur WhatsApp l’évolution du Covid-19 en Afrique
  • Election présidentielle reportée

L’épidémie impacte également le calendrier électoral. L’élection présidentielle, prévue le 3 mai, en Bolivie a été reportée sine die en raison de l’épidémie due au coronavirus, a annoncé samedi le Tribunal suprême électoral.

Il stipule, dans un communiqué, vouloir mettre en œuvre un « dialogue large et pluraliste avec toutes les organisations politiques » afin que de « définir une nouvelle date » pour le scrutin. Les Boliviens étaient appelés aux urnes le 3 mai pour élire un successeur au président démissionnaire Evo Morales.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP et Reuters

Categories

Leave a comment