Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Conjuring 3 : le film d'horreur ne sera pas un autre réchauffé du premier, c'est promis

toutfilmMarch 23, 2020

Le Conjuring-verse continue de s’étendre et de ronger le cinéma d’horreur avec des formules mille fois vues, mais Conjuring 3 pourrait se distinguer du lot.

Si on peut accuser l’univers horrifique étendu de la Warner et de New Line Cinema d’être le MCU du cinéma d’épouvante avec des films pondus à la chaîne et calqués sur un même schéma, on ne peut pas nier le succès auprès du public. Mais comme Marvel avec ses super-héros, le Conjuring-verse va quand même devoir se renouveler s’il ne veut pas que l’intérêt des fans s’évapore, surtout avec Universal qui cogite sur son Monster-verse. Les premiers signes du déclin sont déjà visibles avec les performances en deçà d’Annabelle : la Maison du mal (74 millions à domicile et 231 millions en tout) et de La Malédiction de la Dame Blanche (54 millions à domicile et 123 millions à l’international). 

 

Vera Farmiga, Patrick WilsonCe n’est pas le moment de craquer pour le Conjuring-verse

 

Le troisième volet de la franchise principale, Conjuring : Sous l’emprise du diable devrait donc se charger de relancer la machine tout en renouvelant son intrigue. Le film réalisé par Michael Chaves (La Malédiction de la Dame Blanche) suivra une nouvelle fois les démonologues et époux Warren, incarnés par Vera Farmiga et Patrick Wilson, mais ne devrait pas parler d’une énième maison hantée comme l’a confié le scénariste David Leslie Johnson (Conjuring 2 : Le cas Enfield, Aquaman, Esther) sur Twitter lors d’une séance de question-réponse avec ses fans :

“C’est un film complètement différent des deux premiers. La franchise va aller au-delà de la formule ‘maison hantée’.”

Avec un titre pareil pour Conjuring 3, on s’attend désormais à un film plus proche de la possession démoniaque, comme les classiques L’Exorciste et L’Exorcisme d’Emily Rose, sur fond d’enquête policière et de procès médiatisé. N’étant pas réalisé par James Wan, on peut également s’attendre à un changement de mise en scène et d’esthétique

 

James WanPatrick Wilson et Vera Farmiga

 

Mais si le thème change effectivement (même s’il a déjà été abordé auparavant dans la franchise), la possession est également un genre essoré du cinéma d’horreur qui ne devrait ici trouver d’intérêt que parce que l’histoire est vaguement inspirée de faits réels, comme les affaires des Warren. L’acteur Patrick Wilson avait lui aussi teasé un esprit très différent de celui des deux premiers films, avec des situations inédites qui deviendraient presque un argument promotionnel.

En attendant de premières images et la sortie le 16 septembre 2020, on revient sur l’immense bestiaire de l’univers étendu introduit dans Annabelle : la Maison du mal juste ici. Notre critique de Conjuring 2 : Le cas Enfield est quant à elle juste là. 

Et vu que le temps est long en ce moment, on a également fait une liste des meilleurs films et séries d’horreur à voir ou revoir sur Netflix de ce côté.

 

Affiche

 

Categories

Leave a comment