Enable JavaScript to see this page By toutfilm.com

Anne Goscinny, hommage à Albert Uderzo : "Je revis la mort de mon père"

toutfilmMarch 24, 2020

Anne Goscinny, hommage à Albert Uderzo : "Je revis la mort de mon père" TOUTFILM

Astérix et Obélix n’ont plus de père. Un peu plus de quarante ans après la mort de René Goscinny, Albert Uderzo s’est éteint à son tour. Le dessinateur est mort à l’âge de 92 ans, comme l’a annoncé sa famille à l’AFP dans la matinée du 24 mars 2020. Des hommages affluent depuis, d’Alexandre Astier à Anne Goscinny, la fille de René Goscinny, qui a accordé pour l’occasion quelques questions au Parisien.

La brune de 52 ans a d’ailleurs une pensée pour l’épouse d’Albert Uderzo et leur fille Sylvie. “J’ai une pensée intense et profonde pour sa femme et sa fille. Parce que, pour être passée par là il y a quarante-deux ans, je crois qu’il n’y a pas d’âge pour être orphelin. Il y a deux femmes aujourd’hui qui sont complètement dévastées comme je le suis à ma manière“, déclare-t-elle.

“Albert a été une survivance de mon père”

Plus tôt dans la journée, l’écrivaine confiait sa grande tristesse à Europe 1 : “Je revis la mort de mon père il y a quarante-deux ans. Je me souviens de la dignité d’Albert Uderzo quand mon père est mort. J’étais aussi fascinée par la différence entre mon père et Albert, et l’amitié que je pouvais percevoir entre eux.

L’occasion pour Anne Goscinny de revenir sur les liens très forts qui unissaient son père à Albert Uderzo, malgré leurs différences. “Albert a été une survivance de mon père. Quand il est mort en 1977, il venait de terminer Astérix chez les Belges et Albert a dessiné l’album alors que son ami, son frère, son compagnon, n’était plus là. C’est une preuve d’amitié absolue, d’outre-tombe, folle“, raconte-t-elle au Parisien.

Quand Astérix chez les Belges est paru j’avais 10 ans. Mais j’imagine ce qu’a été le chagrin d’Albert de ne pas pouvoir partager la sortie d’un nouvel Astérix avec mon père. Ensuite, Albert a continué seul, avec un courage, un talent et un génie qui n’appartenaient qu’à lui. Il n’y a que lui qui pouvait faire ça. Et grâce à ce génie et à ce courage, Astérix aura survécu à mon père quarante-deux ans et sans doute plus parce qu’aujourd’hui, il y a de nouveaux auteurs, mais qui ne seront plus portés par la figure tutélaire d’Albert Uderzo“, poursuit Anne Goscinny.

Categories

Leave a comment